Une soirée réussie en Allemagne

Vous arrivez en Allemagne et vous voulez vous changer les idées ? Que ce soit au bureau, en boîte de nuit ou en collocation, suivez nos conseils pour profiter au mieux de la vie nocturne allemande.

Fraîchement débarqué(e) en Allemagne, vous venez de passer à travers pas mal d’étapes assez contraignantes et fatigantes (enfin, si vous n’avez pas suivis les supers conseils de bab.la). En effet, la recherche éreintante d’une WG (surtout dans les grandes villes), la représentation cauchemardesque de la machine administrative allemande au doux nom d’Anmeldung et l’adaptation à la culture d’entreprise germanique vous ont épuisé. Tout cela vous a tellement pris de temps et d’énergie qu’il faut que vous vous ressourciez, et quoi qu’en disent les médecins, une des meilleures façons de refaire le plein d’énergie reste encore une bonne soirée de festivités, et en Allemagne, même les soirées ont leur spécificités. Alors décapsulez-vous une bonne bière, et laissez-moi vous conter la fabuleuse histoire d’une soirée typique allemande (qui pourrait être la vôtre).

Acte I : Le Feierabend

Il est 17h30, la semaine s’achève et une atmosphère électrique envahit le bureau, la fatigue et les sons de claviers laissent place à l’excitation et aux bruits de bouteilles de bières que l’on décapsule autour du baby-foot…

Groupe de collègues buvant un verre

C’est le fameux Feierabend, un moment sacré de la culture allemande. Un rituel qui vous transforme en l’espace de quelques bières en un(e) jeune (insérer votre profession) dynamique en un(e) jeune homme ou jeune femme s’apprêtant à vivre une nuit de pure folie ! Le Feierabend, c’est un peu le shabbat des allemands, un instant hors du temps ou vous n’avez plus à vous concentrer sur vos activités, sauf qu’au lieu de vous préparer à un repos de 2 jours, il vous prépare à une soirée pleine de rebondissements. En plus de vous permettre d’apprécier la qualité des Pilsen, Hefenweizen et autre Schwarzbieren, le Feierabend vous permettra dès votre arrivée dans votre entreprise d’apprendre à connaître vos collègues, ce qui représente à mon sens deux atouts principaux. Premièrement vous allez apprendre que les stéréotypes sur les allemands impassibles et obsédés par le travail ne sont pas fondés car même s’ils travaillent beaucoup ils sont aussi très bons vivants et ne disent jamais non à une petite bière. Deuxièmement, il vous faut des partenaires de soirée, des gens avec qui faire la fête, et vos collègues sont des gens parfait pour ça car ils connaissent déjà les meilleurs endroits et ont pleins d’amis à vous présenter…

Maintenant que vous avez formé un groupe d’amis et bu quelques bières, vous pouvez passer à l’étape suivante.

 

Acte II : La WG party

22 heures, vous voilà au pied de l’immeuble, votre collègue vous a invité à une WG party, une soirée entre colocataires. Vous vous dites que ça va être sympa, en plus, vous êtes habitué aux soirées en appartement, vous n’allez donc pas être dépaysé… Vous vous trompez.

 Fête dans une collocation

La spécificité des colocations allemandes, c’est qu’elles sont immenses. On trouve plus d’appartements partagés entre une dizaine de personne que des colocations à deux ou à trois. De ce fait lorsqu’une soirée a lieu, on trouve beaucoup plus de personnes que lors de soirées classiques. En effet, 10 personnes habitant au même endroit invitant de 5 à 10 personnes chacune, les invité(e)s se permettant parfois de convier quelques amis, l’appartement pourtant spacieux, se retrouve vite noir de monde. Les choses sérieuses peuvent donc commencer, musique underground à la sauce allemande, Becks, Jägermeister, on parle anglais, allemand, espagnol, français, les personnes vont et viennent et à chaque fois que vous tournez la tête, de nouvelles personnes apparaissent. Les WG party ont cette particularité de voir des gens de tous horizons apparaître de nulle part car les colocataires propriétaires de l’appartement sont eux-mêmes issus de milieux différents et invitent donc des personnes aux origines très différentes. Ainsi, entre deux discussions avec votre collègue, vous vous retrouverez à parler rap français avec un Allemand rédacteur en chef d’un site internet dédié aux jeux vidéo, évoquer Louis C.K avec une étudiante croate polyglotte et prendre un shooter avec un Américain qui partage son temps entre un petit boulot de serveur et des auditions pour une comédie musicale (true story).

 

Acte III: La Disco

Vous n’avez plus trop la notion du temps, mais vous savez que vous avez envie de danser et les hauts parleurs de la WG ne vous font plus aucuns effets. Il est donc grand temps de vous rendre en boîte ou comme le disent les allemands : « in Disco ! »

Ici, il n’y a pas de prise de tête, pas besoin d’être habillé comme pour le mariage de votre oncle pour entrer en boite

Alors là je ne pourrais pas vous parler de tous les clubs d’Allemagne mais ayant arpenté quelques clubs berlinois, hambourgeois et munichois je peux vous garantir une chose, c’est que les Allemands en plus d’être les leaders de l’automobile en Europe, mériteraient bien d’être nommés champions de la culture « clubbing ». Ici, il n’y a pas de prise de tête, pas besoin d’être habillé comme pour le mariage de votre oncle pour entrer en boite, en Allemagne, c’est un peu comme entrer dans un fameux fastfood américain : en Disco « venez comme vous êtes ». Ce qui est aussi très cool en Germania, c’est que le choix est éclectique et que la majorité des DJs connaissent la musique. Vous trouverez donc rarement des clubs ou les principaux sets seront élaborés à base de David Guetta et autres DJ Khaled (oui, je balance des noms). Ah oui j’avais oublié, après plusieurs mois à faire la fête en Allemagne, je n’ai jamais été témoin d’une rixe ou d’une bagarre à l’intérieur ou en sortie de boîte, ce qui est plutôt cool.

Boîte de nuit lumières et confettis

 

Épilogue : Quelques conseils/Einige Ratschläge (pour les bilingues)

Dans les trois villes que j’ai citées précédemment, vous pouvez sortir sans avoir à angoisser sur les horaires de métros. En effet, plus besoin de vous presser pour draguer cette belle (insérer la couleur de cheveux préférée) ou ce beau gosse avec (insérer la partie du corps préférée) car les métros fonctionnent 24/24 donc vous pouvez être tranquille et la jouer cool. En plus de ça, il peut arriver que vous soyez à court de bières entre la WG et le club et ça c’est rageant parce que vous avez sacrément soif. Et bien figurez-vous qu’en Allemagne, ce n’est pas grave car il existe des échoppes extraordinaires : les « Kiosks » (situées dans les métros en général) qui peuvent vous offrir vos 50cl d’orge et de houblons pour moins de 2 euros, et ce même à une heure avancée de la nuit.

Vous voilà donc fin prêts pour faire la fête ! Cependant, que ce soit en Allemagne ou ailleurs, n’oubliez pas de boire avec modération et de sortir couvert.

Viel Spaß!

Suivez notre Magazine sur Facebook pour plus de conseils sur l'expatriation et des idées de voyages !

À propos de l'auteur

Yannis

Jeune homme, la vingtaine, habitant en Allemagne et se battant chaque jour avec le datif allemand et les mots à rallonge de nos amis d'outre-Rhin. Le mieux pour apprendre une langue ? Un peu de jaegger et des rencontres.

Petit kit du fêtard allemand

Une bière s’il vous plaît !
Une autre bière s’il vous plaît !
J’aime cette chanson
Tu es très mignon(ne)
Veux-tu danser avec moi ?
Je suis bourré